jeudi 17 mars 2016

LES SOMMETS DE L'AME

Les caresses des nuages impalpables,
Aux douceurs vaporeuses ineffables,
Des massifs, parent les flancs généreux,
Sublimant leur beauté incomparable.

Les vertes prairies, en multiples quinconces,
Tendres aquarelles, semailles et semonces,
Echiquier primitif, palette de couleur,
Font un damier naturel de valeur.

La neige dessine un feston blanc,
Sur les hauts sommets en un seul élan,
 Un tapis immaculé de poudreuse
Recouvre chaque vallée bienheureuse.

Tu cries mon nom, tu pleures et tu gémis,
Mais l’amour est un poison impuni,
A l’infini l’écho d’un soir
Vient ranimer ton désespoir.

AS

6032016