samedi 26 septembre 2015

LES H L M,

M. Hollande devrait écouter davantage Renaud. Il en tirerait un bénéfice certain : celui de connaître les gens qui vivent dans les HLM. Sans préjugés, en ouvrant simplement les yeux sur les facilités accordées à certains et sur les interminables listes d'attente pour les autres. Et puis, concernant les logement sociaux de Paris, nulle terrasse avec appartement ne devrait être louée à ceux qui ont de gros moyens financiers, un poste public et des relations souterraines. De plus on ne peut loger les réfugiés de la terre entière et faire le lit du racisme en privant le citoyen français d'une habitation à loyer modéré.

"Au rez d'chaussée, dans mon HLM,
y'a une espèce de barbouze
qui surveille les entrées,
qui tire sur tout c'qui bouge,
surtout si c'est bronzé,
passe ses nuits dans les caves
avec son Beretta,
traque les mômes qui chouravent
le pinard aux bourgeois.
Y s'recrée l'Indochine
dans sa p'tite vie d'peigne cul.
Sa femme sort pas d'la cuisine,
sinon y cogne dessus.
Il est tell'ment givré
que même dans la Légion
z'ont fini par le j'ter,
c'est vous dire s'il est con !"

Et si Ségolène Royal rêve d'un Paris sans voiture, Anne Hidalgo en revendique l'idée ! Que dire de l'absence de parkings géants aux portes de la capitale ? Un pari qui peut réussir en créant des zones de stationnement gratuit autour des arrondissements. Qui sait ? Peut-être qu'un jour, le climat se portera mieux grâce aux efforts de tout un chacun. Aura-t-on  le temps d'inverser la progression de la pollution et de réduire la démographie ?

"
Pi y'a aussi, dans mon HLM,
un nouveau romantique,
un ancien combattant,
un loubard, et un flic
qui s'balade en survêtement,
y fait chaque jour son jogging
avec son berger all'mand,
de la cave au parking,
c'est vach'ment enrichissant.
Quand j'en ai marre d'ces braves gens
j'fais un saut au huitième
pour construire un moment
avec ma copine Germaine,
un monde rempli d'enfants.
Et quand le jour se lève
on s'quitte en y croyant,
c'est vous dire si on rêve !

Putain, c'qu'il est blême, mon HLM !
Et la môme du huitième, le hasch, elle aime !